• Destins croisés

    La Porte, Magda Szabo

    L’auteure hongroise nous emmène avec humour et poésie à la rencontre d’une femme multiple, digne, parfois horripilante qui fut sa domestique pendant de longues années. Un personnage difficile à oublier. Et sinon en 4ème de couverture : « C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien ». La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée…