Destins croisés

La Porte, Magda Szabo

L’auteure hongroise nous emmène avec humour et poésie à la rencontre d’une femme multiple, digne, parfois horripilante qui fut sa domestique pendant de longues années. Un personnage difficile à oublier.


Et sinon en 4ème de couverture :

« C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien ». La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile. Quels secrets se cachent derrière la porte ?

One Comment

Laisser un commentaire